URGENCE HUMANITAIRE

En février 2011, « l’état d’urgence humanitaire » est décrété par le gouvernement italien devant l’exode massif des Tunisiens arrivés sur l’île de Lampedusa.

Un pont aérien est mis en place et des ferries sont utilisés pour désengorger l’île. La protection civile, quant à elle, met sur pied une cellule de crise. L’Italie demande le déploiement immédiat d’une mission Frontex de patrouille au large des côtes tunisiennes pour le contrôle des flux migratoires.

Dans un communiqué commun, les Ministres italiens de l’Intérieur, Roberto Maroni, et des Affaires Étrangères, Franco Frattini, réclament « la convocation urgente d’une réunion au niveau politique du Conseil de justice et des affaires intérieures de l’UE ».

L’Italie débloque une aide de 5 millions d’euros pour la Tunisie et de son côté l’UE 17 millions d’euros pour aider le gouvernement italien.

Le terme d’état d’urgence humanitaire utilisé par le gouvernement italien fait polémique. « L’état d’urgence humanitaire n’existe pas. C’est un terme inventé par l’Italie, indique Claire Rodier, Membre du réseau migreurop, sur Youphil.com. Cela ne correspond à rien en droit international, et ce n’est pas non plus une notion juridique en Italie« .

0201

DESTINATION LA FRANCE

Les trois quarts des migrants tunisiens souhaitent venir en France. Le gouvernement italien décide alors d’octroyer des permis de séjour provisoires aux 20 000 migrants tunisiens déjà présents sur son sol, tandis que les nouveaux arrivants sont rapatriés. Ces permis de séjour provisoires permettent à la grande majorité des exilés  de traverser la frontière italo-française facilement.

Cette décision ne manque pas de faire réagir le gouvernement français. Selon le Ministre français de l’Intérieur, pour circuler « à l’intérieur de l’Espace Schengen, il ne suffit pas d’avoir une autorisation de séjour dans [un des Etats membres], encore faut-il avoir des documents d’identité et, surtout, justifier de ressources. Si ces conditions ne sont pas réunies, la France est tout à fait en droit de ramener en Italie les personnes concernées’. 

M. Maroni, Ministre de l’Intérieur Italien, déplore de son côté « un comportement hostile » de Paris et répète que « la libre circulation dans la zone Schengen est garantie par des règles qui doivent être respectées ».

Le 26 Avril 2011, 
lors du sommet franco-italien à Rome, Silvio Berlusconi et Nicolas Sarkozy se prononcent pour une réforme des accords de Schengen. Dans une lettre adressée au Président de la Commission européenne, ils demandent que soit examinée “la possibilité de rétablir temporairement le contrôle aux frontières intérieures en cas de difficultés exceptionnelles dans la gestion des frontières extérieures communes”.

0202

VIDEOS SUR LE WEB

PARTAGER ET COMMENTER CE CHAPITRE